Archives par mot-clé : Motos Anglaises

LES BELLES MECANIQUES DE BOLLEZEELE – 2021

Dimanche matin, 29 août, je me lève un peu flagada dû aux 1000 kilomètres parcourus la veille en voiture pour regagner mon logement étudiant.

Aujourd’hui, ce sont les Belles Mécaniques de Bollezeele qui se déroule en face du café/musée moto, Au tour du monde.

Publiée par Loulou Valepema sur Dimanche 29 août 2021

« Qu’est-ce que sont les Belles Mécaniques de Bollezeele me diriez-vous ? »

Je vous laisse trouver réponse dans le reportage vidéo de l’an passé.

En revanche, ce reportage n’est plus représentatif des éditions à venir puisque depuis cette année, l’évènement a été décalé afin de profiter du soleil de l’été.

Enfin soleil ?!!! Plutôt des chaleureux nuages gris du Nord !!!

Et ce fut un succès, le monde était au rendez-vous dès 10h30 et que de belles machines étaient présentes ce jour-là.

Le temps de dire bonjour à tous les copains, de conter mes aventures passées en Espagne et de présenter à un peu tout le monde la nouvelle venue: l’IZH 56, je me rends vite fait compte qu’il est 14h30 et que je n’ai toujours pas sortie mon appareil photo.

J’avais oublié que l’on ne vivait pas aux mêmes heures entre le nord le sud, ici on est plutôt du matin !!!

Du monde observe mon ORNI (Objet Roulant Non Identifié) alors je m’esquive un peu pour prendre des photos. A l’avenir, je pense créer une pancarte magnétique, que je fixerai sur le réservoir, dans le but d’expliquer un peu ce qu’est l’IZH 56.

A 15h00 était organisé une balade d’une quarantaine de kilomètres en direction du Mémorial des Vétérans de la Plaine aux Bois à Esquelbecq.

Bien sûr je m’y suis greffé avec mon IZH sur laquelle je n’avais encore jamais roulé et bien mes premières réactions ont été:

« Roh là là, quel brun ! »

… du fait de la fourche qui ne faisait pas son travail de suspension; J’avais plus la sensation de faire du cheval qu’autre chose. Mais bon, à part ça je n’ai pas eu de panne, c’est déjà un bon point.

De retour à Bollezeele, la masse de monde s’est désépaissie, il est temps de charger la moto sur la remorque et de repartir.

Publiée par Loulou Valepema sur Dimanche 29 août 2021

PARTIR DANS LE DÉSERT AVEC UNE MOTO DE 1951 – BSA

Traverser les endroits les plus isolés de la planète à moto, partir à la rencontre de l’inconnu, observer et rendre compte, toute une combinaison d’idée qui anime mon désir de partir avec ma vieille BSA.

J’ai lu beaucoup de récit de voyageur, ou devrais-je dire, d’explorateur à moto comme les sœurs Adeline et Augusta Van Buren qui ont traversé l’Amérique en 1914, Robert Sexé qui a fait le Tour de Monde en 1926 avec une Gillet Herstal, Pierre Bruneteau qui a traversé le Sahara en 1927 et bien d’autres.

Je suis mieux loti qu’eux, j’ai une moto de 1951, une BSA C11SL spécialement équipée d’un accessoire de ma fabrication, un filtre à air monté sur le réservoir.

Le faible budget en poche m’empêche de pouvoir partir dans les coins les plus reculés de la planète, mais ce n’est pas grave puisque non loin de la maison de mes parents (Aveyron), se situe des terres arides en Espagne, où dit-on, presque rien ne pousse et rien ne vit, les Bardenas-Reales et les Monégros.

Mais il ne s’agit pas là des seuls déserts d’Espagne, il y en a cinq au total. Pour les citer: le désert de Gorafe, le désert de Tabernas et le Parc Naturel de Jandía

Pour un premier road-trip, traverser seulement 2 désert, c’est déjà pas mal !

La Covid-19 bouleverse un peu mes plans, car pour traverser l’Espagne, il me faut réaliser un test PCR.

Si négatif, il me laisse 72 heures pour traverser la frontière.

Appuyez sur le bouton pour lire la suite

L’AVENTURE- Bardenas/Monégros

Mercredi sera pour moi le départ d’une grande aventure avec ma BSA C11SL 😁

Au programme, je pars pour un peu plus d’une dizaine de jours à l’assaut du désert des Bardenas et si tout se passe bien, du désert des Monégros en Espagne.

Un road-trip d’environ 2000 kms dont 800 de pistes OFF-ROAD avec un dénivelé positif évalué à 37500 m et des pentes à 20%.

Ma BSA est équipée pour l’occasion d’une boite à air, montée sur le réservoir. Il s’agit ici d’une fabrication artisanale inspirée des BSA WM20 et de petits conseils d’amis. La voie d’air n’est pas branchée pour l’instant, elle le sera à chaque entrée des pistes off-road.

Ma BSA est très différente de la première fois où j’ai tenté de partir loin avec. L’hiver et les confinements m’ont permis de la préparer.

La pompe à huile est neuve, le cylindre a été réalésé à 263cc avec un piston d’époque bombé. La culasse est une culasse de C11G reconditionnée en Irlande.

Elle a des ailettes plus grosses que le cylindre car, je n’avais pas remarqué sur les photos que les culasses de C11G étaient différentes. La culasse affiche également un volume de chambre légèrement plus petit.

Désireux de limiter la consommation d’huile de ma BSA, les joints ont tous été changé. J’ai même testé plusieurs joint de culasse dont le dernier en klingérite armé que j’ai découpé moi-même.

J’ai retenu un joint en liège pour le cache-culbuteur et les soupapes sur cache-culbuteur limitant la pression d’huile ont été refaites.

Bref, il s’agit-là des principaux travaux réalisés dessus sinon la liste est bien longue.Demain est prévu un test PCR pour traverser la frontière espagnol.

Restez connectés, chaque jour vous aurez des nouvelles de mon périple.