MIDUAL, la moto française d’exception

Lors du Mécanic’Show Pecquencourt, j’ai pu rencontrer une marque de moto arborant notre drapeau tricolore: Midual. A travers cet article, je vous laisse découvrir l’interview d’Etienne, le représentant de la marque.

Qui êtes vous ?

Moi c’est Etienne, je travaille pour Midual et je participe à la commercialisation des motos.

Qu’est ce que c’est Midual ?

C’est un constructeur de moto français, basé à Angers, qui fabrique des motos en petite série avec notre propre moteur qui a nécessité une quinzaine d’année de développement. Pendant le développement de notre flat-twin longitudinal que le concepteur s’est orienté à faire une moto d’exception plus qu’une moto de grandes séries.

Une flat-twin longitudinal ? Késaco ?

C’est un moteur à deux cylindres à plat, placé dans la longueur du cadre. Sa cylindrée est de 1000 cc et développe un peu plus de 100 cv. C’est un très bon moteur de route.

Et donc, c’est après avoir développé un moteur, que vous avez conçu le reste ?

Tout à fait ! A partir de ce moteur, le concepteur a développé un châssis d’une pièce de fonderie. C’est un alliage d’aluminium et magnésium, fait en une seule pièce, monobloc, coulée au sable qui fait office de châssis, mais aussi de réservoir d’essence. L’essence est à l’intérieur même du châssis. Le châssis fait aussi office de carrosserie, avec ici un modèle poly-patiné. On propose d’autres finitions à la carte sur demande du client.

Quand vous dites « petite série », à quel nombre pensez-vous ?

Midual produit une dizaine de moto à l’année et aujourd’hui nous avons déjà vendu une vingtaine de motos.

J’en déduis que nous sommes vraiment sur du luxe à la française.

Oui, on peut dire ça. Ce sont des pièces d’exceptions comme on va retrouver des pièces d’exception dans l’horlogerie, l’automobile, les bateaux, etc.

Je trouve assez étrange la disposition du tableau de bord sur le réservoir. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de manomètre, qu’y a t’il exactement sur le réservoir ?

Au-dessus du guidon, on va retrouver le compteur de vitesse. Sur le châssis, il y a sept compteurs. Nous avons le compte-tour au milieu et tout autour les six autres. Ils sont là pour contrôler la température d’huile, la pression d’huile, la température d’eau, la tension de la batterie, une montre et la jauge d’essence.

A travers tous ces accessoires, n’y a t’il pas une prétention à développer une machine de course ?

Non, non, ce n’est clairement pas une machine de course. C’est une machine qui se rapproche vraiment de l’horlogerie pour le coup. Justement ces indicateurs sont très jolies et on va pouvoir même mettre du bois précieux.

On est plus sur un objet d’art à ce que je vois. Il me semble que vous proposez quelques personnalisations à la demande du client

Ici on est sur une finition avec du poly-patiné sur le tableau de bord, mais on peut avoir aussi du brossé, des laques poly-lustrés, du cuir tendu ou encore du bois précieux. La moto est finie uniquement avec des matériaux nobles. Il n’y a aussi a pas de câbles et de durite apparentes. Nous faisons appel à des selliers, nous faisons des petites vis gravées. Nous portons un extrême soin à l’apparence de nos motos.

Et alors, au niveau du prix, qu’en est-il ?

Les prix varient entre 155.000 € et 175.000 € en fonction des finitions de la machine.

Voici les réponses aux quelques questions que je me suis posé sur Midual, une des dernières marques françaises de motocyclette. Si vous souhaitez en savoir plus ou si le cœur vous en dit d’en commander une, allez sur leur site: www.midual.com 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.