Archives par mot-clé : Motos Italiennes

PARILLA 4S Sport ’55 1955-1957

Une fois passé l’entrée du musée Baster, au bord d’un comptoir, se trouve une moto italienne: une Parilla 4S Sport de 1955 ou 56/57.

Il s’agit de ces motos non pas construites par des ingénieurs mais des artistes.

La marque fondée en 1946 par Giovanni Parrilla (avec 2R contrairement à la marque déposée) se focalisera essentiellement sur la moto sportive et de compétition jusqu’à sa fermeture en 1967.

Ici, cette Parilla 175 se distingue par un moteur à « arbre à cames surélevé », le principe est d’avoir des tiges de culbuteurs réduites afin de limiter leurs déformations dû à la chaleur du moteur. Cette mécanique a équipé très largement les motos Parilla quel que soit leur terrain de jeu, route ou tout terrain.


Côté distribution, les moteurs Parilla ont reçu durant leur existence soit une chaîne soit une cascade de pignon.

Quoiqu’il en soit, la vitesse maximale de la bête frôle les 140 km/h, une version plus sportive, gardant le même bas moteur possède deux arbres à cames en tête. Elle permettait de dépasser la barre des 150 km/h

MV AGUSTA 750 SS MAGNI 1978 Réplica

Quand on demande à Claude Reynaud, propriétaire du Château de Bosc, partagez-vous l’idée qu’il y a « un art de la moto » ?

C’est avec ferveur qu’il répond:

« Absolument, il n’y a pas de moto sans art ».

Comment le contredire face à sa réplique de la MV Agusta 750 SS préparée par Arturo Magni en 1978 pour le pilote italien Vitali.

Admirez la finesse de construction et les détails apportés sur la machine. Je reste en total admiration du sigle MV Agusta situé au niveau des arbres à cames.

Et si vous regardez bien le réservoir, il a été signé de la main de Giacomo Agostini, multiple champion du monde dans les années 60 et 70 sur MV Agusta, lors de la « 200 Miglia di Imola Revival 2012 ».

On est ici sur un moteur 4 cylindres à double arbre à cames en tête de 750 cc à quatre carburateurs.

Remarquez l’embrayage à sec dépourvu de carter, la rampe de carburateur Amal Concentric MK2, les freins Ceriani en magnésium et la suspension arrière Marzocchi. Notez également le passage d’une transmission par chaine sur la droite de la machine alors qu’à l’origine il s’agit d’un arbre de transmission à cardans situé à gauche.

Bien que la marque MV Agusta fit faillite à la fin des années 70, Arturo Magni continua de commercialiser des modèles spéciaux sous le nom de MV Agusta Magni.

Découvrez en plus sur le Château de Bosc par ici 👇

Découverte du Château de Bosc, Domazan (30)