Archives par mot-clé : Side-car

RENÉ GILLET AVEC SIDE CAR VANNOD

Au Musée Baster, vous pourrez admirez de drôles d’engins à trois-roues: des side-cars.

Guy Baster en possède plus de 200 !!!

Parmi eux, 2 magnifiques René-Gillet avec panier Louis Vannod, deux marques à la française 💪

Le plus ancien, avec le réservoir entre-tube, est pourvu d’une motocyclette René Gillet de 1924. Elle possède un moteur à 2 cylindres en V, soupapes latérales, de 750 cc.

Le second, flambeaux neuf avec une capote, est propulsé par une motocyclette René Gillet Type L de 1935 Elle possède un moteur à 2 cylindres en V, soupapes latérales, de 1000 cc.

Vous avez ici le luxe du side-car.

Des véhicules pour voyager à bonne allure et dans le confort.

Les deux motorisations sont assez similaires et développent suffisamment de couples pour permettre au conducteur de transporter des passagers et leurs bagages (entre 3 et 4 personnes pour le plus récents).

Au delà du couple, parlons du confort, le René Gillet – Vannod de 1924 rend le voyage confortable pour son passager puisque le panier est sur suspensions. Du côté pilote, le voyage sera un peu plus rude car seul la fourche et la selle sont suspendues.

La motocyclette René Gillet Type L de 1935 ménage un peu mieux son pilote avec un système plus ou moins ingénieux de suspension arrière.

Malheureusement, l’agencement du musée a fait que je n’ai pas pu prendre ce système en photos.

En attente d’une prochaine René Gillet Type L à photographier, vous pouvez observer l’affiche située plus haut et admirer la série de photos-ci dessous.

Affaire à suivre 😉

Le musée Baster, à découvrir par ici 👇

RATIER L7, des airs d’allemandes 🤔

« Ceci n’est pas une BMW » 😂

A une époque où ma BSA roulait, je me rendais à Haillicourt pour prendre quelques photos d’Il était une fois le Pas de Calais Libéré; c’était il y a un peu plus d’une semaine 😁

A l’entrée, je me garai à côté d’un magnifique side-car « Ratier », véritable marque française dont les origines remontent à 1944, quand les allemands étaient « reconduits » à la frontière par les alliés.

Durant son repli, l’Allemagne laissa derrière elle un nombre considérable de motocyclettes. C’est ainsi que la France créa le CMR (Centre de Montage et de Réparation), un centre consistant à réparer les motos allemandes, principalement des BMW

En 1947 la CMR disparaît et les stocks sont repris par la CEMEC (Centre d’Étude des Moteurs à Explosion et à Combustion) qui va se mettre à créer des Bitzas (motos construite à base de différents modèles et/ou marques). Les stocks s’épuisant, CEMEC finit par construire ses propres pièces en devenant petit à petit un véritable constructeur français.

En 1954 Cemec est racheté par Ratier, entreprise spécialisée dans la pièce d’aviation.

Une légende fait croire que les motos Ratier ont étaient fabriquées à Figeac dans le Lot (46), c’est pourtant faux. Si Ratier avait une usine à Figeac, c’était principalement pour la richesse en bois de la région; bois nécessaire à la fabrication d’hélice.

Les motos Ratier étaient fabriquées à Montrouge (92) non loin de l’ancienne usine Cemec (Bièvres (91) à 20 kms).

Sur ce, j’ai passé les trois derniers jours à démonter/remonter ma BSA dans l’espoir de reprendre mon road-trip, mais elle ne veut rien savoir 😒

BFG, le side-car français des années 80

Connaissiez-vous ce side-car français 🇫🇷 des années 80, le BFG 🤔
Il est équipé du moteur 4 cylindres de la Citroën GS et dans sa version 1300 cc 😋
J’ai pu tourner une vidéo avec son propriétaire, qui lui fait vivre de sacrées aventures 😁