Archives par mot-clé : René Gillet

LES CULS TANNÉS DU FORT DE SECLIN – 2021

Dimanche 19 septembre se voyait être le deuxième jour des journées du patrimoine 2021, l’occasion pour moi me rendre aux Culs Tannés du Fort de Seclin.

Hélas sans mon IZH puisque j’ai envoyé mes tubes de fourche à rectifier. Je ne ferais pas sensation avec ma moto devant les copains.

Les Culs Tannés du Fort de Seclin est un évènement co-organisé par La Confrérie des Vieux Clous et les propriétaires du Fort de Seclin, eux-même passionnés de véhicules anciens puisqu’ils restaurent, en plus de leur fort, un char Renault FT-17.

Qu’est ce que sont aux justes les Culs Tannés du Fort de Seclin ?

C’est une manifestation de véhicules anciens ayant pour fil conducteur les motocyclettes d’avant 1945 et cette journée nous auras gâtée avec une bagatelle de motos d’avant 1914 !!!

Et en plus, elles roulent !!! Admirez ci dessous, Gilles, vice-président de la confrérie des vieux clous, sur sa Triumph Model H.

Sur des machines plus récentes, d’entre-deux-guerres, nous avions aussi été gâtés.

La manifestation présentait aussi une Terrot HSS. Celle, ci-dessous, se trouve dans un état de conservation plus que surprenant. Je vous laisse l’admirer sur les photos. On peut encore apercevoir par endroit les liserés d’origines. Attention, il ne s’agissait pas d’une moto d’exposition puisque son propriétaire la faite fonctionner, et il est parti rouler avec !!!

Dans les pépites de le journée, nous noterons une superbe Alcyon qui prônait fièrement devant l’entrée du fort. C’est une 250 SuperSport de 1929 « Type Champion de France 1928 » qui comme son nom le laisse penser, a gagné le championnat de France 250cc de 1928.

Et dans la catégorie « Gros gabarit d’entre deux guerres », il y avait une très belle Motocyclette René-Gillet 750 accompagnée de son panier Vannod.

Les apparences peuvent être trompeuses !

Certes la motocyclette est dans un état d’origine mais pas le side. Il a été retrouvé par son propriétaire sans siège, entièrement poncé et prêt à repeindre.

La peinture, la sellerie et leur usure pour coller à l’état de la moto est l’œuvre d’un jeune druide de la moto ancienne: Cédric Guerlus.

Bref, je vous entends déjà vociférer contre moi puisque l’article est terminé. Etant obnubilé par toutes ces machines, je n’ai pas pris le temps de photographier les après-guerres.

RENÉ GILLET AVEC SIDE CAR VANNOD

Au Musée Baster, vous pourrez admirez de drôles d’engins à trois-roues: des side-cars.

Guy Baster en possède plus de 200 !!!

Parmi eux, 2 magnifiques René-Gillet avec panier Louis Vannod, deux marques à la française 💪

Le plus ancien, avec le réservoir entre-tube, est pourvu d’une motocyclette René Gillet de 1924. Elle possède un moteur à 2 cylindres en V, soupapes latérales, de 750 cc.

Le second, flambeaux neuf avec une capote, est propulsé par une motocyclette René Gillet Type L de 1935 Elle possède un moteur à 2 cylindres en V, soupapes latérales, de 1000 cc.

Vous avez ici le luxe du side-car.

Des véhicules pour voyager à bonne allure et dans le confort.

Les deux motorisations sont assez similaires et développent suffisamment de couples pour permettre au conducteur de transporter des passagers et leurs bagages (entre 3 et 4 personnes pour le plus récents).

Au delà du couple, parlons du confort, le René Gillet – Vannod de 1924 rend le voyage confortable pour son passager puisque le panier est sur suspensions. Du côté pilote, le voyage sera un peu plus rude car seul la fourche et la selle sont suspendues.

La motocyclette René Gillet Type L de 1935 ménage un peu mieux son pilote avec un système plus ou moins ingénieux de suspension arrière.

Malheureusement, l’agencement du musée a fait que je n’ai pas pu prendre ce système en photos.

En attente d’une prochaine René Gillet Type L à photographier, vous pouvez observer l’affiche située plus haut et admirer la série de photos-ci dessous.

Affaire à suivre 😉

Le musée Baster, à découvrir par ici 👇